Je sais, on ne peut pas toujours gagner. C'était une cause d'avance perdue, je m'en doutais. De toute façon, la vie est trop courte pour laisser place à des obligations contraignantes, sans fin, qui ne sont pas miennes et qui hypothèquent une vie. Reste qu'un monde idéal se construit naturellement au quotidien, sans résistance. En abandonnant cette vision d'avenir qui m'était chère, je laisse place à de nouvelles perspectives qui me rendront plus légère et surtout, moins amère. ''C'est même pas si pire", après tout. Finalement, qui perd gagne. Wouhh!

Lacher prise